Qui était Joseph d’Arimathie, l’acheteur du linceul ?

Qui était Joseph d’Arimathie, le propriétaire du futur tombeau du Christ et qui acheta aussi le linceul, qui deviendra le linceul de Turin ? Premier élément du décryptage de l’historien Jean-Christian Petitfils, tiré de son livre Jésus.

Détail de Joseph d’Arimathie, Descente de croix, Le Pérugin, palais Pitti, Florence.

À côté de ceux qui suivaient Jésus dans ses pérégrinations en Judée et en Galilée existaient des disciples sédentaires. C’étaient des partisans cachés. À Jérusalem, on en connaît au moins trois ; Jean le disciple préféré, Nicodème et Joseph d’Arimathie. Comme son nom l’indique, ce dernier était originaire d’Arimathie (Ramathem), vraisemblablement le village actuel de Rentis (ou de Remphtis), à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Jérusalem (1).

C’était un influent notable juif, riche propriétaire, membre respecté du Sanhédrin. Luc le décrit comme un homme juste et bon attendant le règne de Dieu. Il avait sans doute entendu plusieurs fois Jésus prêcher dans le Temple et, retourné par la force de ses paroles, avait été convaincu qu’il était bien le Messie d’Israël.

Il cachait sa foi, «par crainte des juifs », dit Jean, c’est-à-dire des grands prêtres et de leurs partisans, résolus à obtenir la mort du Nazaréen lors de la séance du Sanhédrin qui avait suivi la résurrection de Lazare. À cette séance, il avait été présent, mais, comme le précise l’évangélise Luc, « il n’avait donné son accord ni à leur dessein, ni à leurs actes ». Il avait condamné dans son for intérieur le complot visant à l’arrestation de Jésus, sans pouvoir s’y opposer. Il avait assisté impuissant au jugement de Pilate et à la Crucifixion. Le supplice et la mort de ce juste, dans des conditions si ignominieuses, l’avaient bouleversé.

Plus tard, au Moyen-Âge, comme Simon de Cyrène, il entrera dans le cycle arthurien du Saint-Graal, cette coupe avec laquelle Jésus aurait célébré la Cène et dans laquelle Joseph d’Arimathie aurait recueilli le sang du Christ (2).

Un tombeau neuf

Or, Joseph d’Arimathie possède, attenant au Golgotha, sur la pente ouest de la colline rocheuse, un grand jardin dans lequel il a fait creuser un tombeau neuf, destiné selon toute vraisemblance à sa propre sépulture. Pourquoi n’y déposerait-il pas le corps du rabbi vénéré ?

Selon la loi juive, le cadavre d’un supplicié devait être enseveli le jour même dans une fosse individuelle, 0ù ses chairs se décomposeraient, en attendant la restitution, un an plus tard, des ossements à la famille, qui le recueillait dans des ossuaires de pierre. Cette coutume permettait de réutiliser plusieurs fois les tombeaux. Les restes du crucifié Yohanan ben Hizgiel, découverts en 1968 à Giv’at ha-Mivtar, ont été trouvés ainsi dans un ossuaire.

Récupérer le corps de Jésus

Courageusement, Joseph d’Arimathie, surmontant l’interdit dont il va devoir se purifier pour manger la pâque, se rend au palais, sollicite de Pilate une brève audience et lui demande comme une faveur le corps du défunt.

La requête est inhabituelle, surtout en matière crimen majestatis – crime de lèse-magesté (3) –, mais le préfet n’a aucune raison de refuser. Il n’entend pas braver ouvertement la Loi ; l’épisode de l’écriteau a satisfait son arrogance. Les Judéens sont très attachés à l’ensevelissement des cadavres, même ceux des malfaiteurs.

Ignorant, bien entendu, que Joseph est un disciple secret du Galiléen, il le considère comme un influent notable qui peut lui rendre service. L’apocryphe évangile de Pierre, qui date du premier tiers du IIe siècle, prétend que Pilate aurait accordé le corps avant même la Crucifixion. Cette séquence des événements n’est pas à rejeter, bien qu’elle cadre mal avec la relation de Jean (4). Il est fort possible, en revanche, que Joseph d’Arimathie se soit ouvert de son désir aux grands prêtres qui, sur le moment, n’y auraient vu aucun inconvénient (ils se raviseront le lendemain en exigeant une garde spéciale). Pour emporter leur adhésion, peut-être leur a-t-il fait remarquer que le tombeau était neuf et ne contenait pas d’autres corps susceptibles d’être contaminés par la présence d’un crucifié ?

Et c’est ainsi que c’est ce  Joseph d’Arimathie qui retourne au Golgotha…

 


Notes

(1) Pour d’autres chercheurs, il s’agirait de Beit Rimeh, à 9 km à l’est de Rentis, ou encore de Ramallah.

(2) On prétendra que Joseph d’Arimathie aurait apporté ce Graal en Angleterre et aurait bâti un premier sanctuaire en l’honneur de la Vierge Marie au milieu des marais de Glastonbury…

(3) Un crime commis contre le peuple romain ou contre sa sécurité, note de LinceulTurin.net.

(4) L’Évangile de Pierre, éd. Léon Vaganay, J. Gabalda, Études bibliques, 1930, p. 211-217.

Vous aimez ce site ?
Notre association ne vit que de dons. Pour nous aider à améliorer notre site, faites un don, maintenant : cliquez ici pour faire un don.

© 2019-2020 Linceul de Turin | Par Lights in the Dark.
Top
Nous suivre :